Aujourd’hui, située à 170 kilomètres de Marrakech, elle en constitue également la plage la plus proche. Ses maisons blanches et ses volets azur, se détachant sur un ciel peuplé de mouettes, accueillent Marrakchis et touristes avides de fraicheur, appréciant les 25°C qui y règnent quasiment en permanence.

essaouiraVous y découvrirez ses ruelles géométriques dessinées par un disciple de Vauban, sa médina encore très authentique, son climat doux et agréable, sa lumière si pure, et son ambiance artistique due aux nombreux peintres, musiciens, écrivains ou réalisateurs en résidence dans la cité. Les petites places ombragées abritent des restaurants typiques où déguster du poisson fraichement pêché, d’anciens riads de la vieille ville ont été transformés en hôtels charmants, et il plane encore sur la ville les ombres bienveillantes d’Orson Welles, Jimmy Hendrix et Cat Stevens, qui en ont fait la renommée dans les années soixante.

Mais la ville a encore bien d’autres attraits : tout d’abord son festival gnaoua. Certains décrivent la musique des Gnaouas comme une sorte de gospel marocain, et ce festival annuel lui confère une dimension internationale dont la presse se fait largement l’écho, mettant en avant à la fois son aspect fortement identitaire et son originalité musicale, ainsi que son côté expérimental et éminemment festif.

Néanmoins, l’art n’est pas le seul atout de cette cité posée sur les bords de l’Atlantique : les vents puissants qui viennent du large en font un site de choix pour les amateurs de windsurf et de kitesurf, qui bénéficient sur le spot local d’une étape de la Coupe du Monde de Kitesurf chaque année.

Plus classiquement, vous ne manquerez pas de visiter le petit musée Sidi Mohammed Ben Abdallah, qui vous donnera un aperçu sympathique de la diversité de l’artisanat et des traditions ancestrales, ainsi que les différentes galeries d’art, dont la galerie Frédéric Damgard, unanimement reconnue et appréciée comme une magnifique initiative pour promouvoir les peintres locaux. Vous pourrez même y acquérir des œuvres quelquefois abordables.

Autre point fort de la ville : son activité spécifique traditionnelle, la marqueterie, utilisant principalement du bois de thuya pour créer des objets divers mais toujours étonnants, avec des incrustations de nacre, d’ivoire ou d’ébène, résultats de longues heures de travail patient et méticuleux. Essaouira vibre aussi très fortement à travers l’activité de son port de pêche, en particulier au moment du retour à quai des barques bleues suivies par les mouettes bavardes, quand la foule attend que le poisson soit débarqué et que la criée commence, avec force cris et marchandages.

Mais, le soir venu, vous n’oublierez pas de contempler du haut des remparts le soleil se couchant sur la mer, et d’écouter le battement des vagues, éternel et intemporel, dans cet endroit qui semble préservé des déchaînements du monde.