Saint BarthelemyLe port de Gustavia s’est beaucoup développé depuis les années 80, au moment où l’essor touristique ne cesse de s’accélérer, et ses aménagements permettent la présence de nombreux bateaux de plaisance. Vous pourrez également découvrir quelques lieux intéressants, comme le phare, l’ancienne mairie avec son soubassement de pierres et de fragments de lave, les deux églises, la catholique et l’anglicane, le clocher suédois, ainsi que le musée territorial où le passé de Saint-Barthélemy est retracé à travers une collection d’objets traditionnels et de costumes.

Hormis Gustavia, l’île ne possède pas d’autre rassemblement urbain : la nature ici est reine, il n’y a pas d’immeubles, et tout invite au farniente et à la sérénité. Le seul inconvénient étant que, pour profiter de ce petit paradis, il faut y mettre le prix. Le luxe est ici présent partout : produits de marque, restaurants branchés, vous aurez du mal à trouver des établissements bon marché, que ce soit pour vous restaurer ou pour passer la nuit. Il n’existe aucun gite rural ni camping, mais heureusement quelques bungalows loués par des locaux à des prix un peu plus abordables que les hôtels 3 ou 4 étoiles.

Autre caractéristique étonnante : la population, descendante pour sa majorité de Français d’origine normande, vendéenne ou bretonne, est blanche, ce qui surprend pour une île des Antilles. En outre, de nombreux métropolitains sont venus s’installer définitivement sur l’île depuis une trentaine d’années, et ils sont aujourd’hui plus nombreux que les Saint-Barths.

La principale activité à pratiquer à Saint-Barth est donc le repos sur la plage, ainsi que les sports nautiques, en particulier la plongée avec palmes et tuba, mais vous pourrez également apprécier quelques évènements festifs dispersés tout au long de l’année : une festival de musique en janvier, le carnaval en février, un festival de théâtre en avril, un mini-marathon en novembre. Il est aussi très agréable de se balader à pied ou à cheval dans l’anse des Flamands, ou de faire de la planche à voile à Grand-Cul-de-Sac.

Attention, il n’existe aucune sorte de transports en commun sur l’île : il vous reste donc la possibilité de louer une voiture ou un scooter, ou de prendre un taxi.