La Bucovine, terre mystique aux nombreux monastères, a été un carrefour majeur des cultures d’Europe orientale. Ces montagnes, empreintes de spiritualité, de mystères et d’harmonie, abritent des minorités ethniques ou religieuses: slaves, juives, germaniques ou arméniennes.

Le voivode Stefan III dit Étienne le Grand et ses successeurs sur le trône de Moldavie font construire les fameux monastères, dont la renommée est due a la conservation exceptionnelle des fresques non seulement a l’intérieur, mais aussi a l’extérieur. Par leur réputation, ils sont désormais classés au Patrimoine Mondial par L’UNESCO.

Parmi les plus célèbres et plus visités :

Moldovita
Les nuances de rouge, bleu, jaune et brun sont extrêmement vives. A l’intérieur de l’église il y a des meubles qui datent du XVIe siècle. Vous pourrez y admirer  le fauteuil du prince Petru Rares, fauteuil dont la dimension est semblable à celle d’un trône.

Dragomirna
Entouré de collines aux pentes douces et très boisées, situé à 12 Kms de l’ancienne capitale de la Moldavie (Suceava), s’élève le monastère de Dragomirna.
L’histoire du monastère commence en 1602 par l’édification de la petite église du cimetière et elle continue par la consécration en 1609 de la grande église. Surtout demandez à visiter le musée qui est souvent fermé, vous n’allez pas être déçu !

Sucevita

Dans un écrin de verdure, découvrez ce monastère fortifié comme une citadelle et muni de quatre tours. Des milliers de peintures parent les murs de l’église. En effet, de tous les monastères, c’est celui-ci qui est ornementé du plus grand nombre des peintures, bien que son mur ouest soit blanc. Selon la légende, le peintre qui a décoré cette église est tombé de l’échaffaudage et en est mort. Ainsi le mur est-il resté blanc.

Voronet

En 1488, Stefan cel Mare (Etienne le Grand) a fait construire cette « Chapelle Sixtine de l’Orient ». C’est plus tard que les murs du monastère ont été couverts de fresques en couleurs vives. Les peintures témoignent de la façon dont on a adapté l’art classique byzantin aux réalités de la Moldavie. Ainsi, les clairons des archanges prennent les formes des buccins qu’utilisaient les paysans de la région. Les âmes damnées portent des turbans tout comme les ennemis turcs.

Humor

L’église dédiée à l’Assomption est la première église à avoir été peinte à l’extérieur. Les fresques dont la couleur dominante est le rouge sont l’œuvre du peintre Toma de Suceava.
La façade occidentale est dominée par une peinture du Jugement dernier. En entrant le visiteur pénètre dans l’exonarthex largement éclairé, puis vient le pronaos faiblement éclairé par des fenêtres gothiques et enfin la chambre des tombeaux qui reste dans l’obscurité.
La voûte du pronaos représente la vierge entourée d’anges et de prophètes. Au-dessus de la porte donnant sur la chambre des tombeaux la dormition de la Vierge.
La chambre funéraire est plus bas de plafond que les autres pièces car elle cache une pièce secrétaire qui abritait le trésor du monastère.

Putna

Sans fresques extérieures, mais il a la particularité d’abriter la tombe d’Etienne le Grand et celle de Mihai EMINESCU, le plus gand poète de Roumanie. Tout près vous pourrez admirer la plus ancienne église en bois d’Europe, datant du 14 ème siècle.

La route des monastères, même si elle est « compliquée »  et pleine de surprises pour les voitures et ses occupants, vous surprendra et vous enchantera par son environnement bucolique, par les peintures époustouflantes à l’intérieur,  mais aussi à l’extérieur des murs des monastères.  Devant ces murs éclatznts de couleurs vives, on se pose la question du miracle qui a fait que toute cette beauté intemporelle ait survécu à six siècles d’hivers rigoureux, aux guerres, aux invasions, et l’histoire très difficile de la Roumanie et de ses dirigeants.