HPalais des vents de Jaipurawa Mahal ou les palais des vents est considéré comme l’une des merveilles de l’art rajput, et très certainement l’un des monuments les plus célèbres d’Inde.

Il se trouve à Jaipur qui est la capitale de l’État indien du Rajasthan, à 260 km de Delhi, dans une cuvette protégée par la chaîne des Ârâvalli.

Le palais des vents tout de grès rouge et rose, a été construit par le mahârâja Sawâi Pratap Singh en 1799 pour ressembler à Khetri Mahal, palais construit à Jhunjhunu, une autre ville du Rajasthan.

Il est un exploit de l »architecture indienne :  les couleurs contrastantes, la symétrie et  les réseaux sans fin sont vraiment impressionnants

Malgré  son architecture ahurissante, Hawa Mahal se résume  essentiellement à une façade ajourée comme de la dentelle qu’il est impossible de ne pas voir  avec ses 15 m de hauteur pour cinq étages percés de 953 fenêtres et balcons.

La construction a été pensée pour faire circuler l’air et apporter un certain rafraichissement aux femmes du Zénana (harem indou) et aussi pour leur permettre, de voir et participer un peu à la vie de la ville sans être vues. Le mot Hawa d’ailleurs désigne la bise, cette bise qui s’infiltre délicatement dans les alvéoles des fenêtres, comme à travers un  rideau vaporeux qui laisserait passer la fraicheur de la nuit.

Quand on contemple ces fenêtres, on se demande si le mahârâja avait 953 femmes dans son harem ? Personne ne le sait.

L’entrée se fait derrière le bâtiment, dans un square où on trouve un peu de tranquillité, de calme et de fraîcheur.

Beaucoup se contentent de la façade extérieure, et c’est dommage, car l’intérieur a un charme certain. Bien sûr, on a une impression de vide et de pauvreté, mais c’est  la comparaison avec la façade emblématique qui augmente ce sentiment.. Il se compose de pièces utilitaires avec des piliers, des couloirs et une décoration minimale jusqu’en haut. Les pièces sont de simples salles de marbres de différentes couleurs, égayées par des panneaux incrustés ou de la dorure, tandis que des fontaines ornent le centre de la cour. C’est en fait un  labyrinthe, plein de petits escaliers, passages secrets, et autres recoins…