Ceux qui visitent la Corse sont inévitablement conquis par la diversité de ses paysages, la richesse de sa nature et le charme de ses villages. Bien plus précieux que ses stations balnéaires et ses plages incomparables, la Corse offre surtout des sites sauvages et préservés, des havres de paix bien cachés, une lumière différente, un rythme hors du temps. Mais pour aimer la Corse à sa juste valeur, il est nécessaire de sortir des sentiers battus, de quitter les endroits à touristes pour s’aventurer dans des endroits plus secrets, ou en tous cas moins fréquentés. En voici quelques-uns, à ne divulguer qu’à ceux qui sauront les apprécier pleinement.

Centuri

Situé sur la côte ouest du Cap Corse, le village de Centuri est un petit port dont la principale activité est la pêche à la langouste, et bien sûr le tourisme, mais uniquement en pleine période estivale. Sa petite taille ne lui permet pas d’accueillir de bateaux de plaisance, mais le visiteur piéton adorera se promener dans ses rues pavées, entre ses maisons anciennes aux toits de lauzes, si caractéristiques à cause de leur couleur verte, donnée par l’olivine. Du village, vous pourrez monter jusqu’au col de la Serra, puis jusqu’au moulin Mattei, d’où vous découvrirez un magnifique panorama. Redescendez ensuite pour diner à l’Auberge du Pêcheur, où vous pourrez déguster la fameuse langouste locale, dans un cadre idyllique, pour un bon rapport qualité/prix.

La réserve de Scandola

SandolaCe site ne fait pas à proprement partie des endroits secrets de l’île puisqu’il est inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, mais il n’est pas pour autant parmi les plus visités. Or il s’agit pourtant d’un véritable trésor, avec une faune et une flore très spécifiques et des paysages grandioses. Sa découverte se fait en bateau, et la pêche et la plongée y sont interdites. Vous pouvez aussi découvrir sa partie terrestre en empruntant un morceau du GR20. La beauté du lieu est incomparable, ses falaises rouges abritent les nids d’oiseaux marins comme le balbuzard ou le gypaète barbu, et vous aurez peut-être la chance d’y croiser des dauphins selon la période où vous le visitez…

Cucuruzzu

Le site de Cucuruzzu a été découvert il y a seulement une cinquantaine d’années. Il s’agit d’un village-forteresse construit à l’âge de bronze, constitué de blocs de granit formant des abris, sous forme de loges où avaient lieu les différentes activités de la vie quotidienne, atelier de poterie, entrepôt pour les céréales, moulin, ainsi que les habitations des occupants. Du haut du promontoire formé par les blocs de pierre, vous pourrez admirer une vue de la région sur 360°, avec entre autres le plateau de Levie, la vallée de la Rizzanese et le col de Bavella.. Pour accéder au site, vous suivrez un sentier sur le plateau planté d’une forêt de chênes et de châtaigniers, d’où se dégage une étrange atmosphère, à la fois paisible et intemporelle. Un endroit magique à ne pas manquer, que vous le visitiez individuellement hors saison ou en groupe organisé en été.

Les pozzi du Val d’Ese

À quelques kilomètres de Bastelica, le Val d’Ese abrite en hiver une minuscule station de ski, très appréciée des ajacciens. En été, vous pouvez partir de cet endroit pour atteindre les pozzi, pelouses herbeuses denses et rases recelant des trous d’eau de diverses profondeurs, de formes arrondies, comme des perles d’eau parsemant la montagne. Réservoirs de fraicheur pour les animaux, elles sont aussi le refuge de plusieurs espèces végétales, violettes, renoncules ou aconits. Au terme d’une marche d’une heure, vous ne pourrez qu’apprécier cette halte dans un cadre où sérénité et plénitude se rejoignent et se reflètent avec le ciel bleu profond dans les eaux de ces mares aux formes magiques.

La plage de Capo di Feno

Tous les ajacciens la connaissent, et certains habitués également, mais elle est encore assez confidentielle pour que la plupart des touristes ignorent son existence, à moins qu’ils ne soient passionnés de surf : en effet, cette plage est aussi un des spots de surf les plus connus de l’île. Elle s’avère surtout un coin encore très sauvage, désert hors saison, où la mer change d’aspect d’un jour à l’autre, passant d’une onde transparente et immobile à une suite de déferlantes à l’écume immaculée et aux rouleaux traitres. Sauf pendant les week-ends de juillet et août, vous aurez la sensation de vous trouver au bout du monde, entre mer et montagne, dans l’odeur du maquis et sous la brûlure du soleil. Deux ou trois paillottes, ouvertes pendant les beaux jours, vous rappelleront que la civilisation existe, mais si cela vous pèse, vous n’aurez qu’à marcher jusqu’au bout de la plage pour vous croire seul au monde.

Le lac de Creno

Entouré de pins laricio, c’est le seul lac boisé de Corse. Il est situé à 1310 mètres d’altitude, et recouvert de nénuphars, ce qui lui confère une beauté étrange. Pour atteindre ce lieu un peu à part, vous devrez marcher une petite heure, car il n’est pas accessible d’une autre façon. Il s’agit d’une randonnée facile, qui part du village de Soccia, que vous rejoindrez depuis Vico en empruntant la D23. Le sentier est balisé, et si vous effectuez cette marche en plein été, essayez de partir tôt le matin pour apprécier pleinement la paix du site.

Zonza

Les villages pittoresques en Corse sont légion, et Zonza n’est pas forcément le plus joli de tous, mais sa situation au pied des aiguilles de Bavella en fait une halte de choix. Construit à 800 mètres d’altitude, au milieu d’une forêt de pins et de châtaigniers, il est surplombé par les majestueuses aiguilles de Bavella, et donne accès à la jolie vallée du Cavo, avec ses multiples sources et fontaines, et ses piscines naturelles d’eau transparente, ainsi qu’à la forêt de l’Ospedale, où pratiquer de nombreuses et inoubliables randonnées, avant de rejoindre Porto-Vecchio et sa foule estivale.