Da lat est la capitale de la province Lâm Ðồng dans les hauts plateaux du centre du Viet Nam. Cette ville a deux surnoms, le premier : « la Ville de l’éternel printemps » vient du fait que la température dans cette région du Vietnam reste stable et tempérée, jamais en-dessous de 13 et rarement au-dessus de 27. Le deuxième date de l’occupation française, quand ont été construits les bâtiments coloniaux, qui encore aujourd’hui, la font surnommer « Le Petit Paris ».

Crazy House à Da LatAncienne ville de repos des Français, Dalat savait ce que kitsch veut dire. Vous observerez sur les façades des hôtels des faux glaçons, déco destinée à évoquer les chalets de ski suisses.

Dans ce contexte, “Hang Nga Guesthouse and gallery”, semble presque à sa place!

C’est un endroit que tous ici appellent “La Maison Folle” ou « Crazy House »,  et dès que vous la verrez, vous comprendrez pourquoi !

Fille d’un ancien ministre de Ho Chi Minh, devenu ensuite le second Président du Vietnam, Mme Hang Nga, devenue architecte en Union soviétique, a  conçu très longtemps ses projets pour l’Etat. Et un beau jour, elle décide de laisser  son imagination vagabonder et elle donne corps à son rêve de créer une villa inspirée par la nature. Pour être étrange, elle est étrange, cette maison qui  peut vous proposer des chambres d’hôtes. Des formes abracadabrantes, des ponts, des passerelles enjambant des branches sculptées, des arbres géants, des toiles d’araignée comme ciels de lit, des champignons en béton, des animaux géants et colorés, de la  vigne, des fleurs…

C’est à la fois le terrier du lapin d’Alice aux pays des merveilles, et les maisons biscornues de la sorcière d’Hansel et Gretel, avec la chambre de la princesse au bois dormant. Un peu de la folie créatrice de Gaudi, saupoudrée de Lewils Caroll, et parsemée d’Andersen et des frères Grimm. En résumé, une maison de contes de fées ! Au départ sa propriétaire y voyait un projet artistique personnel, mais elle est vite devenue une attraction touristique, grâce à son design hors convention.

Pour accéder aux chambres il vous faudra, après être passé sous une toile d’araignée, traverser  le cou d’une girafe. De toute façon rien n’est « normal », les fenêtres gondolent, les plafonds s’enfuient, les murs ont d’étranges ondulations. Quant aux escaliers, vous ne saurez plus si vous montez ou si vous descendez. Rien n’est rectiligne, tout est arrondi, sans angle droit sec et cassant. Fourmi, tigre, faisan, kangourou? à vous de choisir avec qui vous souhaitez passer la nuit, même les lits vous feront rêver. Chaque chambre a un décor unique et, il faut bien le dire, déjanté.

La Crazy House est ouverte aux visites tous les jours mais l’expérience ultime est bien évidemment d’y dormir, la chambre vous sera proposée pour une soixantaine de dollars par nuit.