Le Mont Valérien est un des plus hauts lieux de la mémoire nationale française. C’est  une colline haute de 161 m dominant la vallée de la Seine et Paris,  qui est située sur les territoires des communes de Suresnes, de Rueil-Malmaison et de Nanterre, dans le département des Hauts-de-Seine (92).

Entrée du Cimetière américain sur le Mont ValérienSelon la légende, Saint Maurice aurait rapporté de la terre de Saint-Denis avec laquelle il aurait formé la butte Montmartre et le mont Valérien. L’endroit deviendra un lieu de culte et de pélèrinages. L’histoire religieuse stoppe pendant la Révolution et s’arrête définitivement lors de la Monarchie de Juillet en 1830.

Le Mont Valérien connaîtra alors une vocation militaire. Une forteresse est construite sur la colline pour protéger Paris. En 1870, elle jouera un rôle important en luttant contre les forces prussiennes, et en 1871 contre les fédérés. En 1913 s’installe le 8e régiment du génie qui doit quitter la forteresse pour le front en septembre 1939. Lieu de triste mémoire à partir de 1940, où l’armée allemande en fera un site d’exécutions. En trois ans plus de 1000 hommes seront fusillés ici. Ces hommes, assassinés parce qu’ils étaient résistants, otages, juifs ou communistes sont autant de rappels d’un passé sombre. Respect et recueillement sont les maîtres mots de cette visite.

C’est au Mont Valérien qu’est né le 1er régiment de transmissions hertziennes de l’armée française et epuis 1947 c’est le du 8e régiment de transmission qui occupe la forteresse. Si bien évidemment le pigeon a été évincé par les ondes, le ministère de la Défense entretient toujours un colombier et un musée ici. Vous allez découvrir les derniers pigeons voyageurs : 200 pigeons voyageurs vivent ici et participent à des concours civils, le mythe survit à la technologie, et les volatiles sont toujours entraînés, parcourant souvent 150 km par voyage.

Dans le petit musée, vous verrez des trésors colombophiles uniques. Et vous saurez tout de cette pratique de l’Antiquité à nos jours.