Près de Santa Clara, à San José, se trouve la Mystérieuse Maison Winchester (Winchester Mystery House),  vous êtes en Californie et cette demeure  reste célèbre dans le folklore américain pour sa réputation de maison hantée.

Maison WichesterVoici son histoire: Sarah Lockwood Pardee, était la  fille née en 1839 d’un père menuisier, qui fit fortune en vendant des ambulances aux armées de l’Union. Sarah profite d’une éducation très raffinée, à 12 ans, elle parle le latin, le français, l’italien et l’espagnol, est une pianiste virtuose, et connait parfaitement les plus grands auteurs. Sa petite taille, 1, 47m, ne l’empêchait nullement d’être courtisée, elle était surnommée « la belle de New Haven ».

En 1862, elle épouse un Monsieur William Winchester qui n’était autre que le  fils du célèbre fabricant de  carabine du même nom, ainsi que le frère d’Annie, l’amie de Sarah. Le 12 juillet 1866, le couple qui mène une vie heureuse et très mondaine, a une fille nommée Annie Pardee Winchester. Malheureusement le bébé  meurt à 40 jours  des suites d’une maladie infantile appelée « marasme ». Sarah Winchester tombe alors dans une profonde dépression. Le couple n’aura pas d’autres enfants. Son mari, qui a repris la succession de son père, meurt en mars 1881, après avoir été atteint de la tuberculose.

Sarah est désespérée. Elle consulte un médium qui lui explique que les esprits des morts tués par une Winchester réclament vengeance. Il lui conseille de partir et de voyager vers le soleil couchant, son mari devant la guider et lui désigner sa nouvelle maison. Tant que la maison sera en construction Sarah vivra et dès la fin des travaux elle mourra… d’après le médium. Arrivée à Santa Clara, elle découvre  et  achète cette demeure de six pièces et qui est en cours de construction. Alors elle engage des artisans locaux, et les dirige au hasard de son inspiration, mais on dit que ses idées lui étaient murmurées par les esprits bienveillants qui la défendaient contre les âmes vengeresses. Elle dessinait chaque soir de nouveaux plans, la plupart du temps chaotiques et inexécutables. Elle ne s’est jamais lassée, reprenant ses plans, faisant monter une nouvelle pièce, par les 22 charpentiers qui travaillaient jour et nuit !

Très riche, avec des actions qui amenaient un revenu de 1000 dollars par jour, plus ses héritages, elle  était très généreuse avec ses employés, avec les orphelinats ou les oeuvres de bienfaisance.  Cependant elle restait très solitaire, et en permanence le visage  voilé de noir. Le soir, elle allait à la rencontre de ses amis « esprits », vêtue chaque fois de façon différente. De même elle changeait de chambre chaque nuit.

En 1906, sa maison atteignait 7 étages, essentiellement en séquoia, 160 pièces, dont 40 chambres, des cheminées, des décorations d’or et d’argent, quand le tremblement de terre qui secoua San Francisco fit s’effondrer les trois étages supérieurs. Persuadée d’être victime des esprits mécontents, Sarah ne fit pas reconstruire les 30 pièces écroulées, mais recommença à agrandir la maison. Et  avec seulement deux miroirs en tout et pour tout ! Sarah connaissait l’horreur qu’en avaient les esprits fantômes. Les travaux se sont arrêtés le jour de la mort de Sarah Winchester le 4 septembre 1922, pendant son sommeil.

Aujourd’hui, la maison Winchester est un monument historique national touristique : ce sont 160 pièces, dont 40 chambres, 10 000 carreaux pour les fenêtres, 47 foyers, 17 cheminées et quelques curiosités uniques comme des portes qui donnent sur le vide, des escaliers qui mènent au plafond, des placards sans fond ou des fenêtres sur le sol.

Lors de votre visite vous découvrirez toutes les curiosités de la maison Winchester, si vous y venez un vendredi 13, la cloche de la propriété sonnera 13 fois à 13 heures ! Beaucoup d’histoires, de légendes ont vu le jour depuis 1906. Vous pourrez lire ces phénomènes étranges relatés par des visiteurs, des employés ou des médiums, sur le site web officiel de la maison